les deux « chommies »

Encore un samedi après-midi ensoleillé au parc Burger’s, dans le centre ville de Pretoria, Afrique du Sud. Comme à mon habitude, je m’occupe à ne rien faire de particulier. Je déambule dans les avenues, j’essaie de croquer une silhouette. Et puis je me pose à l’ombre, sur une pelouse verte et fraîche. Quelqu’un s’approche. C’est Edith. Elle étatit assise un peu plus loin, sous un arbre. Avec une copine et un copain. Des « chommies » quoi.

Edith_drawing

Mon gribouillage l’intrigue. Je ne tarde pas à la décevoir en la laissant feuilleter mon carnet. Mon accent me trahit. Elle est aussi curieuse de la France, même si elle ne connaît rien de ce pays-là. Quand même, ça lui plairait de visiter. Elle voudrait voir le monde.

partout les gens se battent, encore et encore

Je lui parle de ce qui vient de se passer à Paris. Les attentats. Comment je ne peux m’empêcher de m’inquiéter de la suite, là-bas, chez moi. Edith me répond qu’il n’y a aucun pays où les gens vivent vraiment en paix.

il n’y a pas d’endroit en paix partout on se bat encore et encore même ici en Afrique du Sud, les gense se battent. on vit dans la peur

je n’aime pas ça

les gens ne s’aiment pas, ne prennent pas soin les uns des autres

quelques uns si, non, parfois ?

ils sont très rares

c’est triste …c’est triste si c’est vrai

c’est vrai, je parle d’expérience

En vérité, Edith surnage dans sa mélancolie aujourd’hui. Elle vient de perdre son job. Depuis quelques semaines elle était en période d’essai dans un restaurant. Et puis, une manager jusque-là absente est revenue et a décidé de la virer. Comme ça, sans raison. Alors qu’elle faisait du bon travail. Un sentiment profond d’injustice et d’absurde l’a envahie. D’un coup il lui semble que la vie sera toujours aussi injuste et absurde, dans ce pays. Rebellion et fatalisme se partagent les restes de son coeur brisé. En ouvrant le carnet de dessin, elle s’est arrêtée sur le coeur dessiné par Chris.

les larves de Mopane

Je raconte à Edith le peu de voyage que j’ai déjà fait ici en Afrique du Sud. Comment je suis fier, il y a déjà de nombreuses années, d’avoir acheté et mangé des larves de Mopane. Le Mopane est un arbre qui, à la saison, se couvre des larves d’une mite, de grosses et grasses larves blanches qu’on récolte, fait sécher. Et qu’on déguste. Je les avais trouvé sur un marché de Tohoyandou, dans le Venda.

A l’époque, je n’avais aucune idée de la façon dont elles se cuisinent.

tu sais pas comment les préparer?

t’as qu’à les faire bouillir. tu les sales et tu les trempes dans l’huile, pour les frire.

et tu les manges

c’est bon

moi aussi j’aime ça, les larves de Mopane

Là-bas, sa copine l’appelle.

Elle crie:

« – Qu’est-ce que tu fais??!

– Je dessine!! »

Winkiiey_drawing

Et la chommie nous rejoint. Avec sur son visage, le sourire d’une souris espiègle. Salut, je m’appelle Winkiiey. Avec deux ‘i’. On discute. Derrière nous, la balançoire du bac à sable grince. Comme ces gamins semblent heureux ! Innocents et insouciants ! Quand on est gamin, la seule chose qui nous préoccupe, c’est… de manger.

manger… et jouer

t’as pas de problèmes, tu t’inquiètes de rien

tu t’inquiètes seulement de manger…

de manger et de jouer

Pour nous, c’est les garçons, les livres, le travail, notre avenir, l’argent

moi: certaines de ces choses sont agréables non?

oui, l’argent

moi: l’argent? pas… les livres? ou les garçons?

non, les garçons c’est pas important, mais ça nous inquiète

à quoi bon, on sait pas, mais ça fait partie de la vie

Maintenant il est temps de partir. Mais où ? Là où on ne brise pas les coeurs des jeunes filles ?

ils jouent avec nous et nous laissent avec le cœur brisé

je veux aller avec toi là-bas

trouver un travail, rester là-bas, me marier, avoir des enfants

moi: en Europe?

oui! je veux vivre à l’étranger

moi: pourquoi à l’étranger ?

je sais pas …je pense que.;

c’est différent…

il y a beaucoup d’opportunités là-bas

j’ai jamais aimé ici…

ici, ils ne font que jouer avec notre cœur… notre propre pays !

ils jouent avec nous et ils nous laissent avec le cœur brisé

0 comments on “les deux « chommies »Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *